Selection

Cos, l’enseigne de H&M est-elle vraiment si durable qu’elle le prétend ?

Le greenwashing, méthode de marketing consistant à faire croire que ses produits sont écologiques pour améliorer son image se retrouve de plus en plus chez les marques. Elle se décrit sur le papier comme minimaliste et chic, et souhaite véhiculer une mode durable.

En effectuant des recherches sur la marque Cos, enseigne du groupe H&M avec une esthétique épurée inspirée du style scandinave ; nous pouvons y découvrir une marque pas si responsable que cela.

Cos ou le mensonge de la durabilité Tracker le green washing est une étape importante pour savoir quel type de marque nous avons devant nous. Croire les marques sur paroles est compliqué lorsque l’on connait toutes les stratégies marketing qui existe pour dorer le blason d’une marque. Bien évidemment, on ne demande pas aux marques d’être parfaite, on leur demande juste d’être honnêtes et d’aller du bon sens. Après plusieurs scandales sur H&M et sa façon de produire les vêtements, celle-ci a voulu redorer son blason en créant d’autres marques se décrivant plus responsable, comme par exemple COS, & Other Storie et Arket. Aujourd’hui le sujet principal sera Cos et pourquoi elle est associée au greenwashing.

Cos ou le mensonge de la durabili

Tracker le green washing est une étape importante pour savoir quel type de marque nous avons devant nous. Croire les marques sur paroles est compliqué lorsque l’on connait toutes les stratégies marketing qui existe pour dorer le blason d’une marque. Bien évidemment, on ne demande pas aux marques d’être parfaite, on leur demande juste d’être honnêtes et d’aller du bon sens.

Après plusieurs scandales sur H&M et sa façon de produire les vêtements, celle-ci a voulu redorer son blason en créant d’autres marques se décrivant plus responsable, comme par exemple COS, & Other Storie et Arket. Aujourd’hui le sujet principal sera Cos et pourquoi elle est associée au greenwashing.

Pour commencer, même si Cos était vraiment durable, il y aurait tout de même eu une tache noire sur le tableau… Le fait est qu’elle appartient au groupe H&M, marque de fast fashion. Cela veut dire que consommer des produits de chez Cos revient à enrichir et valider le modèle du groupe entier, ce qui est très problématique. Puis, le but de Cos c’est finalement de vouloir transmettre que la consommation éthique n’est pas forcement lié au fait de consommer cher. Il propose donc des produits dit « durable » ou utilisant de « bonnes matières respectueuses de l’environnement » à des prix relativement bas face à ces concurrents. Par exemple, le pantalon 100% lin ne coûte que 69€. La question qui se pose est : comment un pantalon fabriqué dans des conditions éthiques peut coûter aussi peu ? Et bien tout simplement parce que c’est du green-washing. Surtout quand sur le site, il n’est pas indiqué l’endroit de provenance. Ce manque de transparence vient sûrement du fait de la provenance douteuse des produits.

Pour commencer, même si Cos était vraiment durable, il y aurait tout de même eu une tache noire sur le tableau… Le fait est qu’elle appartient au groupe H&M, marque de fast fashion. Cela veut dire que consommer des produits de chez Cos revient à enrichir et valider le modèle du groupe entier, ce qui est très problématique.

Puis, le but de Cos c’est finalement de vouloir transmettre que la consommation éthique n’est pas forcement lié au fait de consommer cher. Il propose donc des produits dit « durable » ou utilisant de « bonnes matières respectueuses de l’environnement » à des prix relativement bas face à ces concurrents. Par exemple, le pantalon 100% lin ne coûte que 69€. La question qui se pose est : comment un pantalon fabriqué dans des conditions éthiques peut coûter aussi peu ? Et bien tout simplement parce que c’est du green-washing. Surtout quand sur le site, il n’est pas indiqué l’endroit de provenance. Ce manque de transparence vient sûrement du fait de la provenance douteuse des produits.

Il y a donc beaucoup d’incohérence au sein de cette marque, ce qui nous amène à penser qu’elle tend vers le greenwashing.

 

H&M souhaite se donner bonne conscience

Les méthodes de développement durable de H&M, ne sont qu’une façade de blanchiment écologique. H&M communique sur ses convictions, en termes de responsabilité sociale, comme si la chose était là depuis toujours. Elle affirme vouloir ouvrir la voie vers le développement durable à toute l’industrie du textile. Mais la réalité, c’est qu’elle n’arrive pas à l’appliquer elle-même. Dans une vidéo qui se nomme « H&M Conscious : la dure réalité » qui reprend les trois principaux piliers autour desquels se construisent les actions communautaires d’H&M : la protection et l’éducation de l’enfance, l’accès à l’eau potable, et le renforcement du statut des femmes. Nous avons associé ces trois piliers avec des scènes extraites de reportages réalisés sur l’industrie du textile afin de montrer le contraste existant entre l’image que la marque désire se donner et la réalité du marché. La vidéo démontre que certains fournisseurs d’H&M ne respectent pas les règles essentielles d’une fabrication dite durable. En créant ses marques, H&M profité d’un mouvement « tendance » qu’est devenue l’écologie pour redorer son blason et peut-être par la même occasion se remplir les poches.

H&M souhaite se donner bonne conscience Les méthodes de développement durable de H&M, ne sont qu’une façade de blanchiment écologique. H&M communique sur ses convictions, en termes de responsabilité sociale, comme si la chose était là depuis toujours. Elle affirme vouloir ouvrir la voie vers le développement durable à toute l’industrie du textile. Mais la réalité, c’est qu’elle n’arrive pas à l’appliquer elle-même. Dans une vidéo qui se nomme « H&M Conscious : la dure réalité » qui reprend les trois principaux piliers autour desquels se construisent les actions communautaires d’H&M : la protection et l’éducation de l’enfance, l’accès à l’eau potable, et le renforcement du statut des femmes. Nous avons associé ces trois piliers avec des scènes extraites de reportages réalisés sur l’industrie du textile afin de montrer le contraste existant entre l’image que la marque désire se donner et la réalité du marché. La vidéo démontre que certains fournisseurs d’H&M ne respectent pas les règles essentielles d’une fabrication dite durable. En créant ses marques, H&M profité d’un mouvement « tendance » qu’est devenue l’écologie pour redorer son blason et peut-être par la même occasion se remplir les poches.

Articles liés

The philosophy behind Muji’s minimalistic design

Eliana Lew

Phoebe Philo lance sa marque éponyme

Ava Poudroux

Rohe: minimaliste sous tous les aspects

Ava Poudroux