MOD'SPE PARIS UNE ÉCOLE DE MODE
Icone

Énora, une étudiante de mode engagée

Bonjour Énora, je sais que vous êtes passionnée de la mode et de son histoire. Mais aussi que vous n’ignorez pas que cette industrie est aujourd’hui la deuxième la plus polluante au monde. Alors, j’aimerais avoir votre vision de la mode minimaliste qui tente de contrer ce mode de surconsommation, dans un monde de surproduction accrue.

 

Comment est-ce que vous définirez le minimaliste dans la mode ?

Le minimalisme pour moi, c’est d’abord une manière de consommer la mode mais aussi la vie en général. Apprendre à consommer moins et consommer mieux, prendre le temps de faire des choix plus réfléchis. Par exemple : acheter des vêtements de seconde main ou juste acheter moins de vêtements. Le minimalisme ça peut aussi être un style de vêtements et de décoration. Je vois plutôt des coupes confortables (c’est la priorité), des couleurs qui s’accordent entre elles, pas de motif trop voyant et des lignes épurées.

 

À quelle occasion achetez-vous des vêtements ?

Lorsque j’en ai besoin, j’essaye de vraiment faire attention, de me poser des questions du style : est ce que j’en ai vraiment besoin et est-ce que je peux le mettre plus d’une fois sans m’en lasser… Honnêtement c’est un réflexe que m’a donné ma mère et j’ai gardé. Je fais très peu d’achat compulsif.

 

Où achetez-vous vos vêtements généralement ?

En fripes depuis que je suis à Paris, sinon je prends de la seconde main sur les marketplaces et parfois du neuf en ligne, par exemple sur Nakd mais c’est assez rare.

 

Quels sont vos critères lorsque vous achetez un vêtement ?

D’abord, il faut que les matières soient qualitatives, c’est le premier critère que je regarde parce que plus ça sera qualitatif plus ça durera dans le temps. De cela en découle forcément mon regard sur l’étiquette des vêtements et les matières utilisées, notamment quand j’achète du neuf. Et concernant la coupe et les couleurs, ça va dépendre de mes envies du moment mais j’ai toujours des préférences pour des couleurs unis qui vont avec presque tout mon dressing, les couleurs comme le bleu, le jean, le noir et le taupe sont mes couleurs essentielles.

 

À vos yeux les tendances sont-elles compatibles avec le minimalisme ?

Oui, les tendances c’est le fait de dissocier un style sur une courte période et qu’ils reviennent de manière cyclique. Donc oui, nous pouvons tout à fait nous approprier les tendances avec des pièces que nous avons déjà dans notre dressing. Ce n’est pas le choix de faciliter, mais ça fait travailler notre imagination et notre esprit créatif !

 

Qu’elle est la pièce minimaliste de votre dressing ?

Ma veste en jeans chinée en fripes il y a 5 ans, c’est un intemporel que j’adore mettre et remettre chaque saison depuis plusieurs années. C’est vraiment ma pièce indispensable, qui me reflète bien !

 

Lesquels de vos valeurs sont en opposition avec l’univers de la mode ?

Je suis quelqu’un qui fait attention à mes consommations, donc la vitesse des cycles dans la mode ne me correspond pas. Il y a des nouveautés toutes les deux semaines, écologiquement parlant il n’y a rien de bon dans ce processus. Mais aussi, à mes yeux faire un bon vêtement prend un certain temps et nécessite des conditions de travail convenables aussi pour les salariés.

Articles liés

Is minimalism for the rich?

Eliana Lew

La vision de la mode masculine en 2023, par Maxime Dam

Zélie Amelot

Les limites d’un mode de vie minimaliste

Eliana Lew