Le minimalisme est une philosophie de vie qui se développe de plus en plus dans notre société. Si ses bienfaits sont évidents que ce soit dans notre consommation, dans notre espace de vie ou dans nos activités digitales, il faut bien intégrer pourtant que ces préceptes poussés à l’extrême peuvent nous exposer à certains risques ou inconvénients.
Lifestyle

Les risques du minimalisme

Le minimalisme est une philosophie de vie qui se développe de plus en plus dans notre société. Si ses bienfaits sont évidents que ce soit dans notre consommation, dans notre espace de vie ou dans nos activités digitales, il faut bien intégrer pourtant que ces préceptes poussés à l’extrême peuvent nous exposer à certains risques ou inconvénients.

 

Le premier risque, aussi surprenant que cela paraisse est de pousser le minimalisme trop loin, et cela peut se matérialiser notamment par une forme d’addiction au désencombrement. En effet, la satisfaction apportée par le désencombrement et le sentiment de libération que cela procure (libération liée au détachement des objets), peut nous amener à vouloir faire encore plus alors que cela n’est pas nécessaire. Il faut donc raison garder sur la réduction de nos matériels et objets.

Le second risque, à l’opposé du premier est de rester prisonnier de la surconsommation. Certaines personnes adeptes d’une décoration minimaliste ont, pour autant, une consommation effrénée et continuent d’acheter tout autant, ne sachant pas résister à l’appel de la publicité.

Cela se concrétise par une réduction du cycle de vie des biens achetés et non par une réduction effective de la consommation. Il est donc important d’adopter le minimalisme comme philosophie de vie et non comme un simple mode de décoration.

Il y a ensuite des risques liés à notre savoir-être avec notre entourage et à leur perception de notre évolution

On peut très facilement avoir un sentiment de décalage et ne plus comprendre pourquoi nos proches vont dans des supermarchés, pourquoi ils attendent avec impatience les soldes, pourquoi ils accumulent les cartes de fidélités etc… Comme toute chose, il faut prendre du recul et avoir en tête que notre philosophie de vie n’est pas encore entrée dans tous les foyers et savoir l’accepter.

Ainsi très rapidement l’incompréhension de notre entourage peut se faire ressentir sur le fait que nous achetons moins, que nous pouvons nous passer de matériels qu’ils considèrent comme essentiels, ou que nous ne voulons plus de cadeau de principe qui ne nous sont pas nécessaire.

Il faut savoir bien communiquer et expliquer ses choix sans pour autant faire montre de radicalisation et là encore savoir comprendre que tout le monde n’a pas la même approche que nous.

 

Il est donc important de comprendre déjà soi même pourquoi nous avons opté pour le minimalisme, cela nous protègera assurément de quelques travers mais il est primordial aussi de faire partager notre expérience à nos proches sans tomber dans l’extrémisme et toujours en acceptant que cette philosophie de vie n’a pas encore convaincu tout le monde.

Articles liés

3 tips pour un Noël éthique et magique

Zélie Amelot

5 Livres pour débuter dans le minimalisme

Julie Tela

L’art minimaliste

Zélie Amelot